Proyect OIVINA

L’une des initiatives auxquelles l’UAGN a participé au cours des derniers mois, celle consacrée au développement d’un outil fiable pour le contrôle de l’oïdium dans les vignobles navarrais, s’est achevée avec succès.

 

Le projet Oivina s’est achevé avec succès. Les données obtenues et présentées le 13 décembre à Evena (Olite) montrent que l’outil développé ces derniers mois pour la détection précoce du fléau de l’oïdium fonctionne. Ce mécanisme est le résultat d’un effort de collaboration entre Bodegas Pagos de Araiz S.A., Bodega Otazu SAU, le Département du développement rural et de l’environnement – Section Viticulture et Œnologie, Bodega Cirbonera S.C. et, bien sûr, UAGN.

 

La conférence a débuté avec Jesús Astrain Zaratiegui, technicien viticole à Bodegas Pagos de Araiz, qui a mis les participants dans le contexte en expliquant l’idée du projet. Astráin s’est concentré sur la méthodologie de la collecte des données et la conception des essais sur le terrain. “Les cinq entités qui participent au projet collectent des données dans cinq zones géographiques en installant des stations climatiques”, a-t-il expliqué. Un discours appuyé par Jorge Blázquez, d’Ager Technology, qui a expliqué comment ils collectaient les informations grâce à une application placée dans les champs.

 

Ensuite, Nicolás Molina et Samuel Martínez, agronomes de CESENS, ont pris la parole et ont détaillé les fonctionnalités de l’outil développé. “Nous sommes partis d’un modèle de l’université de Californie et l’avons adapté aux paramètres de la Navarre. Nous avons obtenu ce que nous voulions, à savoir obtenir des données prédictives sur le ravageur, mais une seule campagne ne suffit pas car les conditions climatiques et d’autres facteurs changent d’une année à l’autre. Il ne reste plus qu’à tester l’outil sur des périodes plus longues, dans un plus grand nombre de campagnes, pour obtenir des informations plus nombreuses et plus précises qui nous permettront de faire des comparaisons plus réalistes”.

 

Ces explications ont été suivies par le public lors de la table ronde ” Pratiques de viticulture durable “, animée par Iñaki Mendioroz, directeur des secteurs, des projets et de l’innovation de l’UAGN, avec l’intervention de Nazareth Torres, chercheur à l’UPNA ; Félix Cibrirain, Evena ; Aitziber Larrea, Bodega Otazu ; et Jesús Astráin, de Bodegas Pagos de Araiz ; un débat productif qui a été animé à la fin de l’événement par un apéritif accompagné, bien sûr, de vin.